I. Le Festival du premier roman de Chambéry

Quel est le point commun entre Christine Angot, Jeanne Benameur, Philippe Claudel, Mathias Enard, Jean-Claude Izzo, Laurent Mauvignier, Philippe Grimbert et Boualem Sansal ? Tous ont été invités au Festival du premier roman de Chambéry.
Or ce festival est né à la fin des années 1980 dans le milieu scolaire : on trouve à ses débuts l’initiative d’un professeur de lettres de Chambéry qui, désireux de faire lire ses élèves, instaure une correspondance et suscite des rencontres entre sa classe et des auteurs de premiers romans de l’année. Les activités proposées sont donc parfaitement adaptées à la pratique scolaire, même si le choix des œuvres sélectionnées ne vise pas spécifiquement un public jeune et se fonde uniquement sur la qualité des textes. Du reste de nombreux groupes de lecteurs adultes, informels ou liés à des institutions (bibliothèques, structures socio-culturelles, hôpitaux etc.) sont également partie prenante du Festival.

Celui-ci poursuit plusieurs objectifs. Du côté de la production littéraire, il vise à permettre à des premiers romans de rencontrer leur public et à des auteurs de faire leurs débuts en étant accompagnés. Du côté des lecteurs, il s’agit de favoriser la proximité entre la littérature et des publics divers ; ces rapprochements peuvent prendre la forme d’échanges en ligne entre lecteurs et avec les auteurs, de rencontres, d’interviews. Enfin, depuis quelques années, des romans écrits en allemand, en anglais, en italien, en espagnol et en roumain permettent une ouverture sur la littérature européenne dans la langue d’écriture, avant qu’elle ne soit traduite (pour les langues étudiées par les élèves).

Lectures Plurielles1, association organisatrice du Festival, propose à son réseau de plus de 3 200 lecteurs de découvrir une sélection de premiers romans de l’année et de déterminer le palmarès des auteurs invités au mois de mai pour quatre jours de rencontres et d’échanges à Chambéry. Il est possible de rejoindre le Festival à tout moment en adaptant ses ambitions au temps dont on dispose, l’équipe du Festival permettant d’orienter le projet de la classe et d’accompagner les professeurs dans le choix des romans à proposer aux élèves en fonction de leur âge et de leur niveau de lecture. Au fur et à mesure des sélections, cette équipe communique les titres des romans choisis aux groupes de lecteurs inscrits. Le professeur voit donc se constituer une liste d’ouvrages et il peut faire acheter par le CDI un certain nombre d’exemplaires de ces titres afin qu’ils circulent dans la classe.

Comme il ne s’agit pas de romans écrits pour la jeunesse, afin d’aider les enseignants à s’orienter et à choisir les ouvrages qui sont à la portée des élèves ou susceptibles de les intéresser, la liste est balisée par un système de cotation. Les titres suivis d’un astérisque peuvent être lus à partir du collège (quatrième, troisième), ceux à deux astérisques conviennent à partir de la Seconde. Pour les titres à trois astérisques, il s’agit de romans caractérisés par une langue exigeante, ou bien abordant des sujets sensibles. Toutefois les professeurs, tout comme les élèves, peuvent choisir des titres dans la liste générale afin de découvrir d’autres premiers romans qui avaient été écartés a priori par le comité de présélection car jugés peu adaptés aux jeunes lecteurs.

Depuis quelques années la plateforme de lecture Alphalire2, facilite la découverte des ouvrages. On peut y trouver en accès libre les premières pages d’un grand nombre de premiers romans, la présentation des auteurs et des éditeurs, ainsi qu’un espace de partage des avis de lecture. Tout élève, issu d’un établissement scolaire ayant signé une convention de partenariat avec Lectures Plurielles, a la possibilité de lire sur un support connecté les romans dans leur intégralité en créant un compte personnel.

Courant janvier, la classe sélectionne les cinq titres qui ont le plus intéressé les élèves et dont ils aimeraient voir l’auteur invité au Festival. La liste finale ainsi élaborée avec les autres lecteurs du réseau comprendra une quinzaine de titres.


Pour l’édition 2019, la date butoir pour faire parvenir les votes est fixée au 19 février. Le 32e Festival du premier roman de Chambéry se déroulera du 23 au 26 mai 2019.

On peut participer pleinement au projet sans pour autant se rendre sur place en utilisant les moyens de communication offerts par la plateforme Alphalire et les membres de l’équipe organisatrice pour échanger des avis et communiquer avec les auteurs. Les élèves ont aussi la possibilité de correspondre avec les auteurs qui se montrent souvent étonnées et ravis des réactions de ces jeunes lecteurs. Une partie de ces échanges a fait l’objet d’une publication actuellement disponible sous le titre Comme un bonbon, trente ans de correspondances3. Pour les professeurs, une newsletter, la Lettre du Festival, permet des échanges sur les pratiques pédagogiques.

Par le biais de Lectures Plurielles, on peut aussi inviter les auteurs à intervenir dans la classe ; ils sont généralement disponibles et contents de venir à la rencontre de leurs jeunes lecteurs.

Si on en a la possibilité, se rendre sur place est une belle expérience. Les multiples rencontres avec les auteurs, les tables rondes thématiques (par exemple sur l’avenir du livre papier, sur ce qu’est le roman, sur les rapports entre fiction et réalité) les ateliers (de lecture à haute voix, de traduction), les lectures musicales, les performances, les expositions, les projections font de ces quatre jours une expérience susceptible de changer le rapport des élèves aux livres et à la lecture en faisant d’eux les acteurs d’une manifestation culturelle. Lors des deux premières journées dédiées à la programmation scolaire, ils peuvent par exemple être chargés d’animer une rencontre avec un auteur. Le Festival invite chaque année quinze auteurs de premier roman francophones et sept écrivains européens choisis par les lecteurs ainsi qu’un invité d’honneur et cinq ou six auteurs anciens lauréats qui reviennent à l’occasion d’une nouvelle publication témoigner de leur parcours depuis leurs débuts. Cette année l’invité d’honneur est Boualem Sansal.

Pour toute information, on peut écrire à Daniela Faraill4, chargée des relations avec les établissements scolaires et universitaires.

II. Inciter les élèves à lire, rédiger un écrit critique, prendre et donner la parole.

Les nouveaux programmes suggèrent une grande diversité dans la forme des écrits demandés aux élèves, notamment pour les textes critiques et argumentatifs. Or la participation au Festival du premier roman implique toute sorte d’échanges écrits et oraux autour de lectures, avec chaque fois un destinataire.

Dans la phase de circulation des ouvrages dans la classe, on peut instaurer une fiche liée à l’ouvrage où chacun, pendant ou après la lecture, notera des réactions et des impressions sur le vif, destinées à encourager ou décourager les futurs lecteurs. Il faudra être à la fois convaincant et précis pour justifier le conseil donné.

Il est possible également de charger un élève qui aura beaucoup aimé un roman de rédiger un écrit plus en forme, synthétique, qui restera dans le CDI comme fiche de présentation du livre à ses futurs lecteurs.

On proposera aussi des comparaisons de romans en associant ou opposant des livres, en faisant expliquer des préférences, en opérant des rapprochements thématiques ou formels.

Des controverses orales ou écrites à propos d’un roman sur lequel les opinions divergent permettront des échanges d’arguments et pourront être tranchées par un auditoire ou un ensemble de lecteurs.

Des mises en ligne de films sur booktube ajouteront une dimension de performance orale.

On peut susciter aussi l’envie de partager un extrait de texte par une lecture orale destinée à la classe (par exemple un incipit), ce qui obligera les élèves à chercher comment être audibles, comment retenir l’attention, comment mettre en valeur le texte lu.

L’intervention d’un auteur permettra de charger un petit groupe d’élèves de préparer la rencontre : synthétiser les interrogations de la classe, trouver des questions judicieuses, introduire l’auteur ou le roman, et aussi faire l’apprentissage de la parole socialisée, saluer, remercier, donner la parole, mettre fin à une intervention.

Le fait que la dynamique proposée par le Festival se déroule sur une bonne partie de l’année scolaire permet d’initier les élèves à une prise de notes régulière pouvant aboutir à un carnet de lecture personnel papier ou numérique.
Ils pourront y inscrire les impressions de lecture, les résumés, les réflexions suscitées par les romans et les rencontres avec des auteurs. On les incitera à y ajouter des éléments sur des films, lectures, visites, écoutes musicales faites durant la période et à prendre ainsi l’habitude de tenir une sorte de journal de bord de la culture qui leur sera très utile plus tard, pour leurs études et pour eux-mêmes.

Notes

  1. www.lectureplurielles.com
  2. www.alphalire.com
  3. Collectif, Comme un bonbon, trente ans de correspondances, éditions ActuSf, 2017
  4. danielafaraill@festivalpremierroman.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

20.09.2019

Pour concilier œuvres, parcours et lectures cursives, la collection Passeurs de Textes Le Robert WebLettres vous propose soixante activités d’appropriation de lecture cursive à réaliser en grande partie en autonomie […]

Lire la suite
02.09.2019

Le Ministère de l’Éducation nationale a mis en ligne sur Éduscol une série de sujets zéro pour le nouveau Bac. Deux sujets sont proposés pour l’épreuve anticipée de français, l’un […]

Lire la suite
08.02.2019

Les nouveaux programmes entrant en vigueur à la rentrée 2019 ouvrent la possibilité d’une création par l’élève d’un « carnet personnel de lectures » qui regroupera les travaux personnels (écrits, lectures, interviews, visites…) visés par le professeur.

Lire la suite