Les moyens proposés par les manuels de la collection Passeurs de textes.

Les manuels de 2de et de 1re de la collection Passeurs de textes cherchent à répondre à toutes les exigences du nouveau programme de français au lycée, mais leur élaboration a accordé un soin particulier à l’histoire littéraire et à la littérature, en accord avec l’esprit qui avait fait le succès des précédents manuels et avec les instructions officielles de 2019.

            Transmettre une culture littéraire : un axe majeur du programme

Le nouveau programme de français au lycée met l’accent sur la nécessité de donner aux élèves et futurs citoyens une culture littéraire commune, fondée sur une fréquentation des textes patrimoniaux mais également élargie à la période contemporaine : le séquençage chronologique s’étend selon le genre littéraire, soit en 2de soit en 1re, du Moyen Âge jusqu’au XXIe siècle.

Cette culture littéraire doit être structurée par des repères « clairs et solides » en matière d’histoire littéraire :

→ Il s’agit d’appréhender les œuvres et les textes dans leur « dimension historique » : les situer dans la chronologie, dans un mouvement littéraire, les enraciner dans leur contexte propre (culturel, artistique, idéologique…).

→ Il s’agit aussi d’apprécier la forme des œuvres : l’élève devra ainsi connaître les caractéristiques et l’évolution de chaque genre littéraire. On notera d’ailleurs que le programme s’organise selon les quatre grands genres littéraires (récit, théâtre, poésie, littérature d’idées).

L’acquisition de connaissances, cependant, ne constitue pas en elle-même sa propre finalité : le but visé est que l’élève prenne appui sur ces connaissances pour accéder à une culture commune qu’il s’appropriera singulièrement. Elles doivent en effet favoriser la compréhension et l’interprétation des lectures nombreuses recommandées, d’œuvres intégrales ou d’extraits significatifs. Surtout, elles doivent permettre à l’élève de retirer de la littérature tout ce qu’elle peut lui apporter : du plaisir, un affinement de sa sensibilité, un stimulant pour son imagination, un enrichissement de son expérience enfin, gage d’une approche plus nuancée des questions éthiques et d’une meilleure connaissance de soi-même et d’autrui.

Le programme de français se situe ainsi clairement dans la tradition humaniste qui s’efforce de développer un rapport personnel, authentique et durable à la culture transmise. Le bagage culturel apporté par l’école est conçu comme un viatique : la culture littéraire scolaire ne prend sens que si elle devient culture personnelle et vivante ; l’enseignement de français espère faire de l’élève un lecteur curieux et éclairé pour la suite de son existence.

            Les outils fournis par les manuels Passeurs de textes

Les manuels Passeurs de textes ont été conçus dans le souci d’offrir à l’élève un panorama ordonné et synthétique de l’histoire littéraire. Ils suivent une progression globalement chronologique dans l’étude de chaque genre, de façon à adosser l’évolution d’un genre à une perspective historique. C’est pourquoi ils offrent un complément utile aux groupements de textes diachroniques que peut proposer le professeur à sa classe, et facilitent un usage autonome du manuel de la part de l’élève.

1. Construire les grands repères chronologiques de l’histoire littéraire

En sus des frises chronologiques dépliables sur chaque rabat de couverture, chaque manuel (2de et 1re) propose des cartes mentales sur les principaux mouvements littéraires et artistiques. Celles-ci sont placées en début d’ouvrage afin qu’elles n’apparaissent pas comme de simples annexes. Elles permettent de situer chaque mouvement dans le temps, et chacun par rapport aux autres : de l’Humanisme au Réalisme en 2de, et de l’Humanisme au Surréalisme en 1re. Occupant une double page, elles adoptent systématiquement la même présentation pour favoriser la compréhension et la mémorisation : à gauche, les thèmes privilégiés d’un mouvement, son esthétique et ses procédés, son origine (historique et géographique) ; à droite, quelques grands noms à connaître (littérature et arts) ; en bas de page court une frise chronologique situant le mouvement concerné dans la succession des siècles et des autres mouvements.

2. Donner des repères sur l’histoire des genres en mariant synchronie et diachronie

La partie Littérature des manuels de 2de et de 1re est structurée en quatre grandes parties étudiant chacune un genre (dans les limites temporelles définies selon le niveau par le programme) : roman et récit, théâtre, poésie, littérature d’idées. Notre objectif majeur a été de faire comprendre comment un genre a évolué dans le temps, dans sa forme et dans ses thèmes privilégiés.

Dans le manuel de 2de, chaque genre est traité en quatre à six chapitres isolants, à l’intérieur de l’espace temporel fixé par le programme, des ensembles chronologiques pertinents du point de vue de l’histoire du genre. Ces ensembles peuvent suivre la succession des siècles mais aussi se situer à l’articulation de deux siècles, ou les regrouper (par exemple l’étude de la Poésie isole plusieurs séquences temporelles : XIIe-XVe, XVIe, XVIe-XVIIe…). En outre, la quantité de chapitres consacrés à une unité temporelle est variable : c’est pourquoi l’étude du Théâtre comprend deux chapitres pour le XVIIe siècle (afin d’aborder la comédie et la tragédie), mais un seul pour le XVIIIe (centré sur la comédie) ou le XIXe (abordant le drame romantique).

Nous avons adopté cette organisation pour éviter deux écueils : la confusion que peuvent susciter dans l’esprit des élèves des groupements de textes systématiquement diachroniques ; à l’inverse, l’impression d’émiettement que peut produire une anthologie strictement chronologique. Toutefois, nous avons veillé à intégrer dans cette structure à dominante chronologique et synchronique une perspective diachronique raisonnée :

  • Soit en introduisant, à l’intérieur d’un chapitre synchronique, un « texte écho », pour élargir le domaine de référence et amorcer une perspective comparative : littérature antique, littérature étrangère, autre siècle.
  • Soit en élaborant un ou deux chapitres, dans une partie consacrée à un genre, proposant un groupement de textes diachronique, de façon à saisir l’évolution d’une forme spécifique ou d’un thème à travers une période de temps plus ou moins vaste.

>> Exemples : à côté de chapitres synchroniques comme « La Pléiade, un renouveau poétique (XVIe) » ou « Le Baroque ou le clair-obscur d’un monde mouvant (XVIe-XVIIe) », la partie poésie offre des chapitres plus diachroniques. Certains sont centrés sur un thème : la poésie lyrique amoureuse du XIIe au XVe siècle, ou encore la satire du souverain et des nobles du Moyen Âge au XVIIIe siècle). D’autres se consacrent à l’évolution d’une forme : le chapitre traitant du sonnet « une forme fixe et ses détournements, du XVIe au XVIIe », comporte ainsi trois textes échos, l’un de Pétrarque, l’autre de Verlaine, le troisième d’un poète contemporain (Leclair).

Dans le manuel de 1re, dont nous envisageons une utilisation plus autonome de la part des élèves, nous avons adopté une perspective chronologique marquée, tout en conservant l’idée d’isoler des unités cohérentes et significatives, ce qui nous a également conduits à nous affranchir d’un strict séquençage par siècle.

3. Donner du sens à l’histoire littéraire, culturelle et artistique

Notre préoccupation constante a été de tisser des liens entre histoire littéraire, histoire des idées

et histoire des arts. Elle se manifeste dans l’organisation globale de chaque partie mais aussi dans le détail de chaque chapitre. Nous détaillons ci-dessous les principaux dispositifs qui soutiennent cette intention :

• Les chapitres consacrés à chaque genre littéraire articulent généralement, en 2de et en 1re, une question d’écriture liée au genre et une préoccupation liée à une époque (question esthétique, éthique, sociale ou philosophique). Chaque chapitre est ainsi problématisé.

>> Exemples : Voici les titres des chapitres de la partie « Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle » dans le manuel de 1re : (1) Amour passion, amour courtois, amour parfait, de Tristan à l’Heptaméron ; (2) XVIIe-XVIIIe : le récit, entre analyse des passions et peinture de mœurs ; (3) XVIIIe-XIXe : voyage et écriture autobiographique ; (4) Liberté de la nouvelle et de ses tonalités (XIXe) ; (5) Le roman pour saisir la totalité du monde (XIXe-XXe) ; (6) Vers une remise en cause du roman ? (XXe).

• Chaque chapitre s’ouvre par deux pages en 2de et trois pages en 1re, intitulées « Repères », et consacrées aux connaissances d’histoire littéraire nécessaires pour contextualiser le groupement de textes qui suit, éclairant ou complétant le titre du chapitre et sa problématique.

>> Exemples : Ainsi, en 1re, dans la partie Roman et récit, le thème du chapitre 1 (« Amour passion, amour courtois, amour parfait, de Tristan à l’Heptaméron ») qui explore l’évolution de la conception de l’amour et son expression romanesque, est situé, grâce aux pages de repères exposant « L’invention du genre romanesque », dans l’histoire du roman. Autre exemple : la question d’écriture liée au chapitre 3 (« XVIIIe-XIXe siècle : voyage et écriture autobiographique ») se trouve explicitée dans les pages de Repères, « Le récit de voyage entre connaissance du monde et connaissance de soi ». Dernier exemple : les grandes œuvres romanesques des XIXe et XXe siècles, celles d’un Balzac, d’un Zola ou d’un Proust, (« le roman pour saisir la totalité du monde ») sont explorées à travers leur ambition commune de faire du roman un instrument de connaissance, tout en faisant la place nécessaire à leurs différences (Repères : « le roman, aventure de la connaissance »).

• En regard de chaque texte, en 2de comme en 1re, des rubriques de contextualisation permettent de fournir des informations supplémentaires. La rubrique « Contexte », en amont, éclaire l’ensemble dans lequel il est pertinent de situer le texte (biographie de l’auteur, œuvre, mouvement culturel…). En aval, dans l’appareillage pédagogique du texte, la rubrique « Mettre en perspective », ou « Prolongement », offre l’opportunité d’approfondir la compréhension du texte grâce à des éclairages divers (autre texte, éclairage historique, critique…).

• Dans chaque chapitre en 1re, et plusieurs fois par partie en 2de, des pages de parcours artistique et culturel permettent de prolonger l’étude des textes par d’autres productions artistiques, faisant écho à la problématique des corpus, apportant un contrepoint, ou simplement un complément sur une période.

>> Exemple : le corpus sur le voyage et l’écriture autobiographique aux XVIIIe et XIXe siècle (manuel de 1re, partie Roman et récit) se prolonge par le parcours « Venise au miroir de la peinture » qui permet d’aborder les liens, à travers le goût pour le voyage, entre littérature et peinture.

Enfin, une iconographie riche, diverse, et presque toujours questionnée, invite l’élève à établir des rapprochements entre texte et image.

4. Faciliter l’appropriation personnelle d’une culture

• Il nous a semblé essentiel, dans le manuel de 2de singulièrement, de partir des connaissances de l’élève et de situer l’enseignement dispensé au lycée dans la poursuite de ce qui a été entrepris au collège : c’est un moyen de rassurer l’élève. Ainsi, chaque partie consacrée à un genre s’ouvre par une double page intitulée « Ce que vous savez déjà sur… (le roman et le récit, le théâtre, la poésie, la littérature d’idées et la presse) qui incite l’élève à ranimer ses acquis sur le genre en question.

• En 2de également, nous avons imaginé de nombreuses activités d’appropriation des connaissances, notamment dans les pages intitulées « Activités d’histoire littéraire » ou « Activités d’histoire culturelle », en lien avec les textes étudiés dans les corpus.

>> Exemples : les pages d’activités sur le roman-mémoires, le roman épistolaire, le conte philosophique, l’utopie, ou encore la nouvelle permettent de mieux comprendre un genre littéraire ; les pages d’activités sur le réalisme ou le naturalisme familiarisent avec ces mouvements littéraires ; les pages d’activités intitulées « Représenter une tragédie classique », « Représenter un drame romantique » ou encore « XXe : l’avènement du metteur en scène » complètent l’approche du genre littéraire théâtral.

• La présence de sujets de recherche dans la rubrique « Prolongement » et de suggestions d’écrits d’appropriation, en regard de nombreux textes, garantit également, en guidant la recherche d’informations ou en stimulant l’imagination, une meilleure appropriation des connaissances.

• En 1re, les trois pages de « Repères » sont suivies de trois pages de « Textes et documents » relatifs à la période et à la question traitées.

Ces pages ont d’abord été conçues comme une illustration des connaissances apportées dans les Repères, c’est pourquoi les textes et documents proposés sont présentés sous des titres faisant écho aux idées majeures préalablement exposées.

>> Exemple : les Textes et documents sur la poésie romantique sont regroupés sous cinq intitulés : 1. Une nouvelle conception de la poésie ; 2. Poésie classique et poésie romantique ; 3. Le poète, une voix singulière, écho de l’humanité ; 4. Fonction du poète ; 5. Romantisme noir et questionnement philosophique.

Ces Textes et documents, grâce aux questions et activités qui les accompagnent, offrent également l’occasion de mettre à l’épreuve les connaissances et de les assimiler en les réactivant de façon personnelle.

Les manuels Passeurs de textes offrent ainsi aux élèves un panorama très nourri de l’histoire de la littérature mais structuré et ciblé, car les textes et les connaissances articulent clairement chronologie et problématiques littéraires ou culturelles. Ils contiennent en outre d’abondantes suggestions de lectures d’œuvres intégrales (à étudier en classe ou à donner en lectures cursives aux élèves), sur lesquelles la version numérique fournit des pistes d’étude, aux enseignants comme aux élèves. Nous espérons que ces manuels aideront les professeurs à stimuler la curiosité de leurs élèves et à leur transmettre une véritable culture littéraire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

24.06.2019

Forcément plus succinct que dans ses précédentes versions, l’agenda théâtral proposé cette année ne vise qu’à indiquer aux professeurs, le cas échéant, les mises en scène des œuvres au programme […]

Lire la suite
17.06.2019

Les nouveaux programmes de français, en classe de 1re, articulent l’étude d’une œuvre intégrale à celle d’une question spécifique, qui oriente les parcours de lecture, les thématiques abordées et les […]

Lire la suite
20.05.2019

Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault, inventeurs d’un « théâtre du corps » qui vise à conquérir tous les publics ont voulu faire de Lorenzaccio un spectacle chorégraphique et musical accessible à tous […]

Lire la suite