DÉROULEMENT

L’épreuve orale est composée de deux parties qui s’enchaînent et sont précédées d’un temps de préparation de 30 minutes.

  • Le descriptif des lectures et activités :

Le texte officiel indique que l’épreuve se fonde sur le descriptif des activités de l’enseignant en charge de la classe. Il rend compte du travail mené durant l’année de première et prend la forme d’un récapitulatif des œuvres et des textes étudiés. Comme de coutume, il convient de distinguer les textes qui auront fait l’objet d’une étude détaillée et sur lesquels les candidats peuvent être interrogés dans la première partie de l’épreuve et les autres textes qui auront servi à étayer la réflexion ou à mettre en perspective le parcours choisi.

Le courrier de Jean-Michel Blanquer en date du 6 janvier 2020 modifie quelque peu le texte officiel. Suite aux travaux du comité de suivi de la réforme du lycée général et technologique, il indique que le programme d’œuvres est « dorénavant renouvelé par quart chaque année » et dès l’année scolaire 2019-2020.

Autre nouveauté :

  • Pour le baccalauréat général : les lycéens présenteront entre 20 et 24 textes au lieu des 24 initialement prévus.
  • Pour le baccalauréat technologique : les lycéens présenteront entre 13 et 16 textes au lieu des 16 initialement prévus.

Ce descriptif comporte également une partie individuelle portant sur l’œuvre choisie par le candidat parmi celles proposées par l’enseignant (lectures cursives obligatoires ou œuvres étudiées en classe). Cette œuvre fait l’objet de la seconde partie de l’épreuve.

  • La première partie de l’épreuve orale : exposé sur un des textes du descriptif.

La première partie de l’épreuve orale est d’une durée de 12 minutes. On attend du candidat qu’il :

  • Propose une lecture « à voix haute juste, pertinente et expressive du texte choisi par l’examinateur, après l’avoir situé brièvement dans l’œuvre ou le parcours associé. » Cette étape est évaluée sur 2 points.
  • Propose une explication linéaire d’un passage d’une vingtaine de lignes, sélectionné par l’examinateur dans le texte, quand celui-ci excède cette longueur. Cette étape est évaluée sur 8 points.
  • Réponde à la question de grammaire posée par l’examinateur. Cette étape est évaluée sur 2 points.
  • La seconde partie de l’épreuve : la présentation de l’œuvre choisie par le candidat.

Elle dure 8 minutes et évalue l’expression orale. On attend du candidat « une implication personnelle dans sa manière de rendre compte et de faire partager une réflexion sur ses expériences de lecture. »

Elle se déroule en deux temps successifs :

  • Le premier temps est considéré comme « un point de départ » : le candidat présente brièvement l’œuvre qu’il a retenue et expose les raisons de son choix.
  • Le second temps est réservé aux interactions entre le candidat et l’examinateur. Le candidat réagit aux relances de l’examinateur qui, « prenant appui sur la présentation du candidat et sur les éléments qu’il a exposés, évalue les capacités à dialoguer, à nuancer et à étoffer sa réflexion, à défendre son point de vue sur la base de la connaissance de l’œuvre. » 

DÉCRYPTAGE

La nouvelle épreuve orale de français a donc été repensée dans ses fondements et invite les candidats à :

  • Éviter le copier-coller de plans au profit d’une lecture linéaire qui épouse le texte dans son fonctionnement et ses particularités.

Les nouvelles modalités de la première partie de l’épreuve orale ont été modifiées de sorte que le candidat n’ait plus à répondre à une question sur le texte choisi. Le plus souvent, cette réponse prenait la forme d’un plan parfois repris, voire appris et non adapté à la question posée. Ainsi, au lieu de répondre à la question en partant de sa compréhension du texte et de son fonctionnement, le candidat se laissait davantage guider par son apprentissage que par la question et le texte, allant parfois jusqu’à réaliser un copier-coller. Il s’agit dorénavant pour le candidat, d’être non plus guidé par la mémorisation d’un plan accolé à un texte mais par le texte seul dont il doit épouser la voix (et celle de l’auteur, dans ses intentions) afin de rendre compte de son fonctionnement.

L’explication linéaire consiste alors à présenter les analyses en suivant le cheminement du texte pour en expliciter sa singularité. Il s’agit alors d’une lecture attentive et réfléchie, qui cherche à éclairer le sens du texte et à construire chez l’élève des compétences d’analyse et d’interprétation, en répondant de manière rigoureuse et ordonnée à un projet de lecture. Le candidat doit être attentif à la forme et au sens, aux effets produits et aux raisons de ces effets. Bien évidemment, la paraphrase et l’émiettement des remarques sont à éviter.

  • Faire preuve d’appropriation.

La partie 2 de l’épreuve orale attend que le candidat s’implique personnellement dans l’œuvre choisie et rende compte d’une réflexion personnelle mais éclairée par la compréhension qu’il a eue du texte choisi, sa connaissance de l’œuvre et la réception qu’il en a faite.

On pourra conduire l’entretien selon les modalités suivantes :

  • La compréhension globale de l’œuvre.
  • L’utilisation de connaissances littéraires pouvant apporter des éléments d’interprétation.
  • La réception de l’œuvre en tant que lecteur à partir d’un élément précis : un personnage, un événement, un élément de dénouement, un choix stylistique, narratologique, etc.
  • L’inscription de la lecture ou de la connaissance de l’œuvre dans un système de pensée, permettant de convoquer d’autres œuvres.
  • S’exprimer, dialoguer, échanger.

On le voit, la nouvelle forme de l’épreuve orale engage le candidat dans une prise de parole personnelle, un engagement dans la littérature et par la littérature.

Il s’agit alors d’évaluer sa capacité à développer un propos, à exprimer une idée et à entrer en interaction avec l’examinateur. Le dialogue, qui s’appuie sur la brève justification du choix énoncé par le candidat, évalue dès lors son expression, en plus de ses capacités à argumenter et à s’exprimer.

Pour cela, il paraît évident d’encourager et de proposer comme l’indiquent d’ailleurs les nouveaux programmes, des activités d’appropriation des œuvres étudiées en classe ou lues en lecture cursive afin que chaque élève puisse engager une réflexion sur son expérience de lecteur. Lors de l’oral, les candidats pourront faire référence à ces activités pour rendre compte de leur lecture de l’œuvre.

TRAVAILLER L’ORAL AVEC PASSEURS DE TEXTES ET PORTER SA VOIX

Passeurs de textes 2de

Passeurs de textes 1re
Porter sa voix

On l’a vu, l’enjeu de cette nouvelle épreuve orale est de favoriser l’expression d’une appréciation critique, d’une émotion ou d’un jugement d’ordre esthétique sur une œuvre lue. Il s’agit donc d’encourager et de ritualiser en classe les deux éléments principaux qui cadrent cette épreuve, à savoir la prise de parole et les écrits d’appropriation.

  • Les écrits d’appropriation.

Dès la classe de seconde et encore plus pour la classe de première, les manuels Passeurs de textes intègrent aux textes proposés des écrits d’appropriation diversifiés.

Outre ces activités d’appropriation, les manuels Passeurs de textes proposent à la fin du manuel des pages consacrées à ces écrits.

Écrits d’appropriation, 2de

Écrits d’appropriation, 1re

Ces pages sont pensées comme des guides complets, afin de donner aux élèves le maximum d’autonomie dans le choix et la réalisation de ces activités qui viseront à enrichir sa réflexion, sa compréhension et son interprétation de l’œuvre choisie. L’objectif est d’aider à construire de la matière en suscitant des activités productrices d’images et/ou de sons, en provoquant des réactions face aux caractéristiques formelles, face aux événements racontés ou face aux actions des personnages. Certaines pages proposent même aux élèves de scénariser autrement des éléments d’intrigue à partir de leur propre imaginaire.

Sont alors mis à disposition des futurs candidats du baccalauréat :

  • Des outils de recherche.
  • Des conseils et coups de pouce.
  • Des séries d’exercices.
  • Des guides complets favorisant l’autonomie et la réalisation réussie des écrits d’appropriation.
  • La prise de parole : le travail sur la voix et le dialogue dans les manuels Passeurs de textes et la pédagogie Porter sa voix.

Le travail sur la voix et l’oral est, on l’a vu primordial dans cette nouvelle version de l’épreuve orale. Il s’agit pour le candidat de :

  • S’engager et convaincre.
  • Maîtriser sa prise de parole et les fondements de la prise de parole : voix, respiration, gestion du stress, contact.
  • Exprimer une pensée en acte et des idées.
  • Dialoguer, être en interaction.

Le tableau ci-dessous, extrait du Bulletin officiel récapitule tous les éléments évalués pour chaque étape de l’épreuve. ¨Par exemple, pour la partie « Lecture », on attend que le candidat réalise une lecture correcte et expressive. Les indicateurs d’évaluation sont les suivants : 

  • Faire entendre sa voix.
  • Faire preuve dans sa lecture d’une intention de sens.
  • Adresser sa lecture.

Tableau descripteur des critères d’évaluation à l’oral

Conscients de cette nouvelle place accordée à l’oralité, à la prise de parole efficace et éducative (l’intégration programmée du grand oral en classe de terminale en témoigne), les éditions Le Robert et les manuels Passeurs de textes ont travaillé en collaboration avec l’association Eloquentia de Stéphane de Freitas, coréalisateur avec Ladj Ly (dont le premier film Les Misérables est actuellement à l’affiche) du documentaire À voix haute et auteur du livre Porter sa voix.

En effet, on trouve dans la partie Méthode des manuels Passeurs de textes, de nombreuses fiches outils pour l’oral, permettant de ritualiser et objectiver auprès du groupe classe des formes variées de prise de parole et les attendus :

  • Faire un exposé.
  • Composer et prononcer un discours.
  • Faire une lecture expressive.
  • Participer à un entretien ou à un débat.
  • Mémoriser et restituer un texte.
  • Conduire une interview.

Enfin, nous avons voulu intégrer les conseils précieux de Stéphane de Freitas, dont l’association est notamment en charge de former les formateurs à la prise de parole. Ces fiches d’entraînement à la prise de parole se trouvent sur le site : lyceen.lerobert.com

Fiches Prise de parole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

20.03.2020

L’annonce présidentielle de la fermeture des écoles jusqu’à nouvel ordre nous oblige à trouver des solutions de continuité pédagogique. Selon les niveaux en pratiques numériques de chacun et les relations […]

Lire la suite
14.10.2019

Le programme de français de la classe de 2de générale paru en 2019 invite, dans le cadre de l’objet d’étude intitulé « La littérature d’idées et la presse du XIXe siècle […]

Lire la suite
20.09.2019

Pour concilier œuvres, parcours et lectures cursives, la collection Passeurs de Textes Le Robert WebLettres vous propose soixante activités d’appropriation de lecture cursive à réaliser en grande partie en autonomie […]

Lire la suite