Le roman Voyage au centre de la Terre (1864) de Jules Verne est inscrit au programme des classes de 1re technologique pour la période 2019-2022 ; il pourra fort judicieusement être proposé par la suite aux élèves de seconde, puisque ce récit suscite un certain intérêt chez nombre d’entre eux par la puissante sollicitation de l’imaginaire que les aventures de Lidenbrock et de son neveu parviennent encore à exercer sur les jeunes lecteurs, la fascination pour le monde sauvage et chaotique du Jurassique étant loin de s’éteindre dans la culture littéraire, cinématographique, et télévisuelle (pour le meilleur et, quelquefois, pour le pire)…
Le chapitre XXXIII du roman marque de ce point de vue une acmé : le combat entre deux sauriens gigantesques. Alors qu’ils naviguent sur la mer intérieure, les deux protagonistes accompagnés de leur guide, Hans, aperçoivent d’abord des monstres marins qu’ils prennent successivement pour un marsouin, un lézard de mer, un crocodile et une baleine, avant d’apercevoir deux immenses reptiles qui manquent faire chavirer leur fragile embarcation :

Hans veut mettre la barre au vent, afin de fuir ce voisinage dangereux ; mais il aperçoit sur l’autre bord d’autres ennemis non moins redoutables : une tortue large de quarante pieds, et un serpent long de trente, qui darde sa tête énorme au-dessus des flots.
Impossible de fuir. Ces reptiles s’approchent ; ils tournent autour du radeau avec une rapidité que des convois lancés à grande vitesse ne sauraient égaler ; ils tracent autour de lui des cercles concentriques. J’ai pris ma carabine. Mais quel effet peut produire une balle sur les écailles dont le corps de ces animaux est recouvert ?
Nous sommes muets d’effroi. Les voici qui s’approchent ! D’un côté le crocodile, de l’autre le serpent. Le reste du troupeau marin a disparu. Je vais faire feu. Hans m’arrête d’un signe. Les deux monstres passent à cinquante toises du radeau, se précipitent l’un sur l’autre, et leur fureur les empêche de nous apercevoir. Le combat s’engage à cent toises du radeau. Nous voyons distinctement les deux monstres aux prises.
Mais il me semble que maintenant les autres animaux viennent prendre part à la lutte, le marsouin, la baleine, le lézard, la tortue. À chaque instant je les entrevois. Je les montre à l’Islandais. Celui-ci remue la tête négativement.
« Tva », fait-il.
— Quoi ! deux ? Il prétend que deux animaux seulement…
— Il a raison, s’écrie mon oncle, dont la lunette n’a pas quitté les yeux.
— Par exemple !
— Oui ! le premier de ces monstres a le museau d’un marsouin, la tête d’un lézard, les dents d’un crocodile, et voilà ce qui nous a trompés. C’est le plus redoutable des reptiles antédiluviens, l’ichthyosaurus !
— Et l’autre ?
— L’autre, c’est un serpent caché dans la carapace d’une tortue, le terrible ennemi du premier, le plesiosaurus ! »
Hans a dit vrai. Deux monstres seulement troublent ainsi la surface de la mer, et j’ai devant les yeux deux reptiles des océans primitifs. J’aperçois l’œil sanglant de l’ichthyosaurus, gros comme la tête d’un homme. La nature l’a doué d’un appareil d’optique d’une extrême puissance et capable de résister à la pression des couches d’eau dans les profondeurs qu’il habite. On l’a justement nommé la baleine des sauriens, car il en a la rapidité et la taille. Celui-ci ne mesure pas moins de cent pieds, et je peux juger de sa grandeur quand il dresse au-dessus des flots les nageoires verticales de sa queue. Sa mâchoire est énorme, et d’après les naturalistes, elle ne compte pas moins de cent quatre-vingt-deux dents. Le plesiosaurus, serpent à tronc cylindrique, à queue courte, a les pattes disposées en forme de rame. Son corps est entièrement revêtu d’une carapace, et son cou, flexible comme celui du cygne, se dresse à trente pieds au-dessus des flots.
Ces animaux s’attaquent avec une indescriptible furie. Ils soulèvent des montagnes liquides qui refluent jusqu’au radeau. Vingt fois nous sommes sur le point de chavirer. Des sifflements d’une prodigieuse intensité se font entendre. Les deux bêtes sont enlacées. Je ne puis les distinguer l’une de l’autre. Il faut tout craindre de la rage du vainqueur.
Une heure, deux heures se passent. La lutte continue avec le même acharnement. Les combattants se rapprochent du radeau et s’en éloignent tour à tour. Nous restons immobiles, prêts à faire feu.
Soudain l’ichthyosaurus et le plesiosaurus disparaissent en creusant un véritable maëlstrom au sein des flots. Plusieurs minutes s’écoulent. Le combat va-t-il se terminer dans les profondeurs de la mer ?
Tout à coup une tête énorme s’élance au dehors, la tête du plesiosaurus. Le monstre est blessé à mort. Je n’aperçois plus son immense carapace. Seulement son long cou se dresse, s’abat, se relève, se recourbe, cingle les flots comme un fouet gigantesque et se tord comme un ver coupé. L’eau rejaillit à une distance considérable. Elle nous aveugle. Mais bientôt l’agonie du reptile touche à sa fin, ses mouvements diminuent, ses contorsions s’apaisent, et ce long tronçon de serpent s’étend comme une masse inerte sur les flots calmés.
Quant à l’ichthyosaurus, a-t-il donc regagné sa caverne sous-marine, ou va-t-il reparaître à la surface de la mer ?

Ce passage, l’un des plus célèbres du roman, permet d’étudier clairement le tissage de science et de fiction constitutif de la poétique vernienne dans quelques-uns des Voyages extraordinaires. Il s’inscrit en effet dans un contexte particulier : d’une part, la paléontologie est, au XIXe siècle, une science pour ainsi dire neuve, à peine née des premières découvertes d’ossements par les Anglais William Buckland et Gideon Mantell et de l’intégration de leur étude dans l’anatomie comparée dominée par Georges Cuvier (Recherches sur les ossements fossiles, 1824) ; d’autre part, la vulgarisation scientifique gagne progressivement ses lettres de noblesse jusqu’à son apogée sous le Second Empire1. Notre extrait se nourrit à l’évidence de ces travaux de vulgarisation, qui permettent à Jules Verne d’acquérir un savoir scientifique qu’il ne possède pas initialement. Mais l’écriture du romancier fait résonner ce savoir avec un imaginaire littéraire et artistique des plus riches, qui soumet le contenu didactique à la visée épique et merveilleuse.
Nous proposons ci-dessous quelques documents et quelques pistes d’analyse pour enrichir l’approche de ce passage en classe, qui, par ailleurs, se prête tout à fait à une lecture linéaire dans la perspective de l’oral du bac.


Traces de la vulgarisation scientifique

Certes, parmi les romans de Jules Verne, Voyage au centre de la Terre est sans doute, même au vu des connaissances scientifiques de l’époque de sa rédaction, « l’une des œuvres les moins fondées scientifiquement », car « Tout y est de pure fantaisie : immenses cavernes, océans souterrains, atmosphère lumineuse, bois fossile qui flotte, grands reptiles du Secondaire, géants qui seraient nos ancêtres [et] délivrance par un volcan en activité [qui] est difficile à avaler2 », comme le signale Michel Clamen dans un ouvrage qui fait le bilan du savoir scientifique chez le romancier. Cependant, en ce qui concerne notre extrait, Jules Verne semble s’appuyer assez scrupuleusement sur l’ouvrage d’un des plus grands vulgarisateurs français de son siècle, Louis Figuier (1819-1894). Chimiste et pharmacien de formation, feuilletoniste scientifique de La Presse dès 1855, Louis Figuier a publié de nombreux ouvrages de vulgarisation, à commencer par une Histoire des principales découvertes scientifiques modernes (1851), suivie de L’Alchimie et les alchimistes (1854) et d’une soixantaine d’ouvrages environ3. Au sein de cette œuvre abondante se détache, quant à la géologie et à la paléontologie, La Terre avant le déluge, paru en 1862 chez Hachette, éditeur qui vise un lectorat jeune. Ce livre, illustré par vingt-cinq planches d’Édouard Riou (futur illustrateur du roman de J. Verne), présente de façon claire les développements récents de la géologie et de la paléontologie, mais obéit à une double intention. L’ouvrage s’ouvre en effet sur un vigoureux réquisitoire contre l’imagerie païenne mythologique) et l’imaginaire merveilleux (fées, lutins et diables) qui pervertissent l’intelligence des enfants en lui donnant le goût des mensonges ; par ailleurs, il tente de concilier, au prix de certaines incohérences, les connaissances scientifiques et le récit biblique de la Genèse, dont la véracité lui semble établie.
Quoi qu’il en soit, Louis Figuier donne dans ce livre, successivement, des descriptions de l’ichtyosaure et du plésiosaure qui sont de toute évidence un intertexte majeur de notre extrait. La confusion initiale de Lidenbrock et d’Axel sur les monstres marins qu’ils aperçoivent est inspirée par le texte de Figuier :

Les créatures extraordinaires qui portent le nom d’ichthyosaure présentent des dispositions et arrangements organiques qui se rencontrent dispersés dans certains ordres ou dans certaines classes de nos animaux actuels, mais qui ne se voient jamais réunis dans aucun. En effet, les ichthyosaures possédaient à peu près le museau d’un marsouin actuel, la tête d’un lézard, les dents d’un crocodile, les vertèbres d’un poisson, le sternum de l’ornithorynque et les nageoires de la baleine4.

Jules Verne reprend une grande partie des comparants morphologiques de Figuier : le marsouin, le lézard, le crocodile et la baleine ; il y ajoute le serpent et efface les comparants d’ordre anatomique (le poisson et l’ornithorynque ne sont évoqués par Figuier qu’à propos d’éléments invisibles : les vertèbres et le sternum). Quant au plésiosaure, Figuier le décrit également à travers des comparaisons reprises par Jules Verne (lézard, crocodile, serpent, tortue) :

Le plésiosaure offre la structure et l’ensemble d’organes les plus curieux que l’on ait rencontrés parmi les vestiges de l’ancien monde. Un auteur l’a comparé à un serpent caché dans la carapace d’une tortue. […] Le plésiosaure a la tête du lézard, les dents du crocodile, un cou d’une longueur démesurée, qui ressemble au corps d’un serpent, les côtes d’un caméléon, un tronc et une queue dont les proportions sont celles d’un quadrupède ordinaire, enfin les nageoires de la baleine5.

Ainsi, les méprises successives des deux protagonistes ont pour intérêt premier de suggérer la difficulté à identifier les monstres marins dans leur nage agitée et rapide, qui fait croire à leur démultiplication, et de retarder pour le lecteur cette identification à des fins d’attente, de suspense, d’autant plus que les termes de « serpent » et de « crocodile » semblent aussi bien convenir à l’une qu’à l’autre des bêtes qui vont se battre.
Mais celui-ci est en outre invité, par la multiplicité des comparants, à reconstituer a posteriori une sorte de double chimère, deux animaux composites qui font entrer de plain-pied dans le merveilleux mythologique. Subtil équilibre : les comparaisons des sauriens disparus avec des animaux actuels réduisent l’inconnu à du connu, et en même temps produisent ensemble une impression de merveilleux. À cette sollicitation de l’imaginaire répond pourtant bientôt, comme un contrepoint rationnel à l’envolée fictionnelle, un paragraphe descriptif fermement étayé sur la documentation scientifique, comme le montre la mise en parallèle des deux textes ci-dessous :

Texte de Louis Figuier :
« Les yeux de ce colosse marin étaient beaucoup plus volumineux que ceux de tout animal qui vit de nos jours : leur volume excédait souvent celui de la tête d’un homme. […] Comme on le voit sur la figure 123, il existe à la partie externe de la cavité de l’orbite de l’œil de l’ichthyosaure une série circulaire de minces plaques osseuses entourant l’ouverture de la pupille. […] Le curieux appareil de lames osseuses que nous venons de signaler dans l’orbite de l’ichthyosaure, donnait, en outre, à son vaste globe oculaire la force nécessaire pour supporter la pression considérable des hauts fonds des mers, et pour résister à l’assaut des vagues, lorsque l’animal, pour respirer, élevait sa tête au-dessus des flots6. »
Texte de Jules Verne :
« J’aperçois l’œil sanglant de l’ichthyosaurus, gros comme la tête d’un homme. La nature l’a doué d’un appareil d’optique d’une extrême puissance et capable de résister à la pression des couches d’eau dans les profondeurs qu’il habite. »

Texte de Louis Figuier :
« M. Bayle a donné l’idée la plus complète de l’ichthyosaure, en disant que c’était la baleine des sauriens, ou le cétacé des mers primitives. L’ichthyosaure était, en effet, un animal exclusivement marin, qui, sur le rivage, serait resté immobile comme une masse inerte : ses nageoires, semblables à celles de la baleine, le prouvent suffisamment. Comme la baleine, l’ichthyosaure respirait l’air atmosphérique, ce qui le forçait à s’élever à la surface de l’eau. Selon M. Bayle, il était même pourvu d’évans, par lesquels il rejetait en l’air des colonnes d’eau avalée7. »
Texte de Jules Verne :
« On l’a justement nommé la baleine des sauriens, car il en a la rapidité et la taille. »

Texte de Louis Figuier :
« Les dimensions de l’ichthyosaure variaient selon l’espèce. La plus grande espèce n’avait pas moins de dix mètres de long8. » / « La queue, composée de 80 à 85 vertèbres, était munie de larges et fortes nageoires, placées verticalement comme chez tous nos poissons, et non horizontalement comme chez la baleine9. »
Texte de Jules Verne :
« Celui-ci ne mesure pas moins de cent pieds, et je peux juger de sa grandeur quand il dresse au-dessus des flots les nageoires verticales de sa queue. »

Texte de Louis Figuier :
« Ces mâchoires avaient une ouverture énorme, car, chez certains individus, on les a trouvées armées de cent quatre-vingts dents.10»
Texte de Jules Verne :
« Sa mâchoire est énorme, et d’après les naturalistes, elle ne compte pas moins de cent quatre-vingt-deux dents. »

Texte de Louis Figuier :
« La tête du plésiosaure offre la réunion des caractères propres à celle de l’ichthyosaure, au crocodile et au lézard. Son long cou renferme un plus grand nombre de vertèbres que le cou du chameau, de la girafe, et même du cygne […]. Le tronc est cylindrique et arrondi, comme celui des grandes tortues marines11[…] ».
Texte de Jules Verne :
« Le plesiosaurus, serpent à tronc cylindrique, à queue courte, a les pattes disposées en forme de rame. Son corps est entièrement revêtu d’une carapace, et son cou, flexible comme celui du cygne, se dresse à trente pieds au-dessus des flots. »

Jules Verne utilise, on le voit, une documentation dont il revendique la caution (« d’après les naturalistes »), mais à travers le filtre d’un vulgarisateur qui lui-même se réfère aux autorités des savants (« M. Bayle », « Un auteur »). S’il reprend bien des idées presque mot à mot, le romancier s’écarte pourtant volontiers du texte de Figuier lorsque, par exemple, il justifie le rapprochement de l’ichtyosaure avec la baleine non par la forme des nageoires et la présence d’évents, mais par « la rapidité et la taille ». Les élèves pourront par ailleurs remarquer et analyser le travail de condensation opéré par l’écrivain à partir des informations données par le vulgarisateur ; mais surtout, on les amènera à prendre conscience d’un travail sur la démesure. Car le romancier travaille ici son texte dans une perspective proche de ce que Todorov appelle le « merveilleux hyperbolique », et dont il trouve un exemple dans les monstres des Mille et une nuits :

Les phénomènes ne sont ici surnaturels que par leurs dimensions, supérieures à celles qui nous sont familières. Ainsi dans les Mille et une nuits, Sindbad le marin affirme avoir vu des « poissons longs de cent et deux cents coudées » ou des « serpents si gros et si longs qu’il n’y en avait pas un qui n’eût englouti un éléphant ». […] De toute façon, ce surnaturel-là ne fait pas trop violence à la raison12.

Globalement compatible avec le merveilleux scientifique que met en œuvre l’ensemble du roman, et qui implique une certaine rationalité, ce merveilleux hyperbolique se manifeste dans notre extrait de manière évidente : les élèves pourront le constater par un simple relevé des hyperboles. Ils percevront également sans trop de difficulté l’importance et l’exagération des chiffres, surtout concernant la taille de l’ichtyosaure, estimée par Axel à « pas moins de cent pieds » (le pied valant environ un tiers de mètre, cela représenterait plus de trente mètres), alors que Figuier l’estime à « pas moins de dix mètres de long ». Une telle exagération a un double intérêt : elle suggère l’effroi du narrateur (la terreur d’Axel le pousse à surestimer le gigantisme du « monstre », terme dont on rappellera le sens étymologique) et accentue la tension du lecteur, incité à s’identifier à la situation angoissante vécue par les personnages.
On peut donc dire que Jules Verne, comme tous les romanciers qui, après lui, feront revivre les dinosaures et sauriens géants de la préhistoire (Maurice Renard, Arthur Conan Doyle, James de Mille ou Edgar Rice Burroughs), utilise « généralement des sources scientifiquement fiables, et en tout cas relativement à jour 13» par rapport au savoir de leur époque. Le livre de Figuier constitue d’ailleurs une référence : ses très nombreuses rééditions témoignent de son succès. Les éléments physiologiques et anatomiques que Figuier indique à propos des deux sauriens sont repris presque mot pour mot, parfois, par les autres vulgarisateurs ; c’est le cas chez W.-F.-A. Zimmermann, auteur allemand d’un ouvrage intitulé Le Monde avant la création de l’homme, traduit dès 1862 en français, et dans lequel presque aucune différence descriptive n’apparaît14. Mais la documentation des écrivains, bien entendu, ne sert que d’assise à un gigantesque travail de l’imaginaire, bien plus essentiel quand il s’agit d’écrire un roman15.

Travail de l’imaginaire

La comparaison proposée ci-dessus entre le texte de Figuier et celui de Verne peut constituer une activité préliminaire au commentaire linéaire du passage. Mais il peut être intéressant de mettre ensuite en perspective le texte en mettant en évidence les résonances imaginaires qui l’entourent. On pourra par exemple partir de la comparaison entre deux gravures d’Édouard Riou (1833-1900). La première est la figure 131 de l’ouvrage de Figuier, située à la page 157, après la description de l’ichtyosaure et du plésiosaure :

L’Ichthyosaure et le Plésiosaure (période du Lias)

La seconde est l’illustration du chapitre XXXIII dans l’édition originale Hetzel du roman de Jules Verne :

« Ces animaux s’attaquent avec une indescriptible furie »

Les deux légendes soulignent, par leur différence, leurs visées distinctes : la première est objective et informative, la seconde est empruntée au récit et illustre une scène « indescriptible », c’est-à-dire que l’illustration revendique ici une fonction supplétive au texte. Mais c’est surtout le motif et la construction des gravures elles-mêmes que les élèves peuvent envisager à travers leurs différences. La première image montre les deux sauriens en face-à-face, gueules ouvertes de façon menaçante, mais sans affrontement et sur une mer vide, dont la ligne d’horizon permet d’isoler leurs têtes sur le fond plus clair du ciel, et met en évidence le jet d’eau propulsé par l’évent de l’ichtyosaure. La seconde, en revanche, suggère la violence : leur combat les fait se prendre mutuellement dans la gueule l’un de l’autre, leur corps enchevêtrés et enroulés, suggèrent des mouvements brutaux (on peut penser ici à la Chasse aux lions de Delacroix, 1855, qui joue des courbes pour dire la fougue du combat) ; la présence du bateau des personnages à l’arrière-plan, la puissance des mouvements de l’eau et l’éclairage nocturne donnent au combat un aspect par avance tragique.
L’illustration du roman dévoile ainsi une mise en scène qui doit souligner la dimension angoissante de ces animaux, leur puissance dévastatrice et leur sauvagerie. Dans le texte de Jules Verne, le lecteur, s’identifiant à Axel, est invité à s’effrayer de la scène, par la monstruosité hyperbolique des deux sauriens, mais aussi par la violence de leur affrontement : les peurs les plus archaïques sont appelées à renaître ici, qu’il s’agisse de celle d’être dévoré, bien entendu, ou, dans une lecture psychanalytique, de la castration (la décollation du plésiosaure laissant son long cou flotter sur les eaux). C’est tout un imaginaire du monstre marin (depuis le Léviathan biblique, ou depuis Charybde et Scylla chez Homère, jusqu’à Moby Dick, publié en 1851 par Melville) que convoque implicitement Jules Verne ici.
Une question pourra enfin émerger à partir de l’association, peu à peu ancrée dans l’imaginaire collectif, de l’ichtyosaure et du plésiosaure. Chez Figuier comme chez Zimmermann, les deux animaux sont traités l’un après l’autre, et Zimmermann ajoute même, par fantaisie étymologique, que le plésiosaure « (de plesios, voisin) [est] ainsi nommé parce qu’on le trouve toujours dans le voisinage de l’autre16». La raison en est sans doute d’abord dans les circonstances de leur découverte : les premiers squelettes des deux animaux ont été retrouvés dans une même strate géologique par Mary Anning (1799-1847), en Angleterre (à Lyme-Regis). Mais après Jules Verne, ces deux sauriens semblent en outre littérairement inséparables, preuve que le romancier a su, dans cette scène, infuser l’image épique du combat jurassique dans notre imaginaire le plus profond. C’est d’abord dans le poème didactique suivant (quelle qu’en soit la qualité proprement littéraire) qu’on en trouve la trace :

              À l’endroit où sera Paris, séjourne encore
             L’Océan qui du nom du Jura se décore ;
             Il recèle en ses eaux ces Mollusques éteints,
             Par les doctes chercheurs patiemment dépeints
             Et reconstitués… ces spires d’Ammonites,
             Ces longs cônes pierreux, restants de Bélemnites!…
             – Mais, qu’entends-je ? que vois-je, au sein des vastes mers ?
             De terribles combats à mes yeux sont offerts :
             Un Saurien marin, l’énorme Ichthyosaure,
             Est aux prises avec l’affreux Plésiosaure ;
             Ce dernier courbe en arc son long cou de serpent
             Contre l’antagoniste,… à sa rage échappant17!…

Ernest Cotty, Antediluviana (1875), v. 65-76.

Mais on peut également penser, plus près de nous, au poème en prose « Visitation préhistorique » de Léon-Paul Fargue, lecteur assidu de Jules Verne et de Zimmermann :

Des guerres d’insectes éclatèrent à de hautes distances. L’Ichtyosaure et le Plésiosaure dormaient comme de vieux canons le long des rivières huileuses de polybies. L’ombre du Diplodocus faisait la nuit sur des continents de fourmilières, affolait les standards du monde termite18.

Léon-Paul Fargue, « Visitation préhistorique », Haute solitude (1941)

L’étude de l’extrait du chapitre XXXIII de Voyage au centre de la Terre nous paraît, par conséquent, un point d’appui idéal pour aborder le rapport entre science et fiction dans le roman, ou la « connexion entre le voyage vers un savoir et celui qui entraîne vers une vision mythique19», pour reprendre les mots de Michel Serres.

Crédits icono :
figure 131 de l’ouvrage de Figuier, p. 157 ©Erica Guilane-Nachez/AdobeStock
illustration du chapitre XXXIII dans l’édition originale Hetzel du roman de Jules Verne – ©BNF, source : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8600259v/f175.item#


Notes

  1. Sur cet aspect, voir l’ouvrage bien documenté (mais d’une facture matérielle malheureusement médiocre) de Guy Vautrin, Histoire de la vulgarisation scientifique avant 1900, Les Ulis : EDP Sciences, 2018, (Sciences & Histoire), 410 p.
  2. M. Clamen, Jules Verne et les sciences. Cent ans après [2005], Paris : Belin/Humensis, 2017, (Alpha), p. 57.
  3. Il est bien établi que Jules Verne a lu et utilisé des ouvrages de Figuier pour se documenter ; Figuier, quant à lui, faisait montre d’un certain mépris envers l’œuvre de Jules Verne (voir K. Makino, « Jules Verne et Louis Figuier, vulgarisateur scientifique », Bulletin de la Société Jules Verne, n°197, novembre 2018, pp. 30-34).
  4. L. Figuier, La Terre avant le déluge [1862], Paris : Hachette, 1863. En ligne sur le site d’histoire des sciences IRIS : http://hdl.handle.net/1908/2510
  5. L. Figuier, La Terre avant le déluge, ibid., p. 151.
  6. L. Figuier, La Terre avant le déluge, ibid., p. 145.
  7. L. Figuier, La Terre avant le déluge, ibid., p.144.
  8. L. Figuier, La Terre avant le déluge, idem.
  9. L. Figuier, La Terre avant le déluge, ibid., p. 146.
  10. L. Figuier, La Terre avant le déluge, ibid., p. 144-145.
  11. L. Figuier, La Terre avant le déluge, ibid., p. 151.
  12. T. Todorov, Introduction à la littérature fantastique [1970], Paris : Le Seuil, 1976, (Points/essais), p. 60.
  13. J. Le Loeuff, « Les première représentations littéraires des dinosaures au xixe siècle », in : L. Talairach-Vielmas et M. Bouchet (dir.), Lost and found : In Search of Extinct Species, Toulouse : Publications du Muséum d’Histoire Naturelle, 2013, p. 80.
  14. W.-F.-A. Zimmermann (pseudonyme de K. G. W. Vollmer), Le Monde avant la création de l’homme [Die Wunder der Urwelt, 1855], trad. L. Strens, Paris : Schule et Thuillié / Bruxelles : Muquardt, 1862. Texte disponible sur le site Gallica. Rares sont les écarts de description, parmi lesquels par exemple le nombre de dents de l’ichtyosaure, que Zimmermann estime aller « jusqu’à 150 » (p. 167).
  15. On pourra ainsi souligner que, pour les besoins de son récit, Jules Verne prétend que les deux sauriens ont le corps couvert d’écailles qui rendraient inutiles les coups de feu qu’Axel envisage de tirer. Or Zimmermann nous informe que l’ichtyosaure n’était « pas cuirass[é] comme les crocodiles » (p. 170)…
  16. W.-F.-A. Zimmermann, Le Monde avant la création de l’homme, ibid., p. 166.
  17. Je cite le poème d’après le texte établi par Yohann Ringuedé dans son article « Antediluviana, poème géologique, Ernest Cotty, 1875 », [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 25 février 2020, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/aes/2262 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aes.2262.
  18. Léon-Paul Fargue, « Visitation préhistorique », Haute solitude [1941], Paris : Gallimard, 1997, (L’Imaginaire), p. 25.
  19. M. Serres, Jules Verne, l’enchantement du monde, conversations avec J.-P. Dekiss, Paris : Le Pommier, 2010, (Poche), p. 84.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez aussi

©Adobestock/ stocksolutions
27.04.2022

Mémoires d’Hadrien est un texte intimidant parce que Marguerite Yourcenar y déploie la vie d’un empereur romain qui n’est pas le plus connu, Hadrien, et qu’on confond parfois, non sans …

Lire la suite
25.03.2022

Depuis la rentrée 2021, il est possible de choisir pour œuvre intégrale dans le chapitre de littérature d’idées le texte d’Olympe de Gouges, la Déclaration des droits de la femme …

Lire la suite
12.07.2021

Depuis la réforme du lycée, la littérature d’idées est le seul des quatre objets d’études en filière technologique sur lequel porte l’exercice de contraction de texte et d’essai, à l’écrit …

Lire la suite